Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

photos - Page 2

  • La vallée de larmes ou à notre chienne Krystal...

    perte animale,amour,tristesse,chien,mort,adieux,souffrance,souvenir,émotion,kristal

    perte animale,amour,tristesse,chien,mort,adieux,souffrance,souvenir,émotion,kristal

    perte animale,amour,tristesse,chien,mort,adieux,souffrance,souvenir,émotion,kristal Il y a 5 ans

    Oh ma chienne ! Kristal en ce jour si ensoleillé (27 mai 2016) d'un printemps qui semblait vouloir montrer son nez, tu nous as quittée. Ton maître et moi sommes si peinés, si desemparés, que nous ne savons même plus comment continuer sans ta présence. Depuis plus de seize ans, ma chienne, tu nous as tant rendu ce bien que nous t'avions fait en t'adoptant à la SPA. Ta tendresse, les attentions permanentes, tes regards bien dirigés en disaient long et tout cela n'a pas de prix, sauf celui qu'on lui accorde, le tien est inestimable.
    Tu me tenais la main et moi la patte à moins que ce ne fusse le contraire....Chaque matin tu montais sur le lit dès 7h, tu venais te glisser et prenait alors la place de ton maître adoré. Nous nous tenions mutuellement comme pour nous rassurer...Puis tu l'attendais jusqu'au soir, sans faillir, jamais.

    Oh ma fille, ce soir à 19h11 ton coeur si grand a finalement cessé de battre, et c'est nous qui à notre tour t'avons tenu la patte pendant que tu t'endormais grâce à la potion létale du vétérinaire. A cet instant et pour l'éternité tu es une étoile , celle que jamais on ne remplace Ah ça non ! Jamais. Kristal ma douce repose en paix. Et à un de ces jours, on ne peut que se retrouver quand on aime d'un amour si pur et si immense. J'ai confiance. Le temps jouera en notre faveur. Oh ma sœur, ma chienne, ma fille, mon bébé, mon amie, ma vie. Oui tu es et resteras dans nos cœurs. Ma chienne va en paix, là où l'air est doux et la réalité moins cruelle... Va la où la vie ta emporté...

     Pas si loin de nous que ça. Je le sens. Toute cette semaine l'angoisse me submergea sans que je ne puisse contrôler quoi que ce soit... Je comprends.


    Ainsi soit il 

     

    pascal et valerie Bergmann 

  • "Palermo queens" Benjamin Biolay Ft Sofia Wilhemi

    texte,lyrics,vidéo,mots,musique,photo sofia wilhemi,variétés,buenos aires,latino,palermo,sofia wilhemi,queens,benjamin biolay,argentine

    Sofia Wilhemi

    Deux mille ans que j'attendais ça rencontrer une fille comme toi mon amour

    Près des Mines de Salta il ne nous fallu qu'une heure et trois jours

    Deux mille ans que j'attendais ça qu'on me dise de tels mots d'amour

    Tu mets la barre un peu plus haut tu mets la barre toujours plus haut chaque jours

     

    Tu dis qu'on ne joue pas pour la même équipe

    Puis tu dis que je suis à la fois trop plouc et trop chic pour une fille comme toi

    Boum boum boum vamo ver el boum boum boum

    Reina de palermo queens

    Boum boum boum vamo ver el boum boum boum

    Reina de palermo queens

     

    Deux mille ans que j'attendais ça rencontrer ça une fille comme toi mon amour

    Je serai ta guenon crois moi je serai ta Chita mon amour chiquita chiquita chiquita

    Je serai ton Alexandri pourquoi pas ton magnolia  pour toujours

    Deux mille ans que j'attendais ça matin et soir et le midi mon amour

     

    Tu dis qu'on ne joue pas pour la même équipe

    Puis tu dis que je suis à la fois trop plouc et trop chic pour une fille comme toi

    Boum boum boum vamo ver el boum boum boum

    Reina de palermo queens

    Mi reina de palermo queens

     

    Sofia Wilhemi :

     

    Si me lo decía hace dos mil anos no lo creiria 

    cantando con un francés a cada dia

    mucho meno jund y arab y boum boum boum

    escribir canción con ando cerveza y coca cola con rhum

    le dice que le encanta cantar conmigo todo esta si ridículo

    le película te digo mi romántico que entente francés

    esta escuchándo te la veinte cuatro horas hasta el treinta y cuatro del mes

    me dice que estoy la reina de palermo queens

    yo le digo que no soy contenta que estoy actriz

    Si me lo decía hace dos mil anos  no lo  creiria 

    escuchando la mola que mene hasta al mi biolay terminaria

    me encanta estar su reina de palermo queens !

    Le parecía que absolutamente todo es posible in paris...

    Todo es posible en Paris ?

     

    Ok mais Tu dis qu'on ne joue pas pour la même équipe

    Puis tu dis que je suis à la fois trop plouc et trop chic pour une fille comme toi

    Boum boum boum vamo ver el boum boum boum

    Reine de palermo queens

    Boum boum boum vamo ver el boum boum boum

    Reina de palermo queens

     

    Boum boum boum vamo ver el boum boum boum

    Boum boum vamo ver el boum boum boum

    Boum boum vamo ver el boum boum boum

     

     

    Paroles retranscrites par Valérie Bergmann

     

  • Aussi libres que le vent

     

    Ils sont là, ils ont beaux, je les aime, les admire, les protège..

    Ma vie avec ce qu'elle a de plus pur, de plus cher à mon coeur

    Ils sont là, dans le vent,  sensuels et sans crainte des rafales hurlantes

    De la plaine qui s'étend infiniment ou presque

    Au creux d'une vallée rebelle et fantasque,

    où le mistral gronde sa violence

    Et donne aux saisons tout leur  sens, leur raison d'exister

    c'est à la grâce du ciel 

    à la grâce de Dieu 

    ils sont là, ils sont beaux, je les aime

    Eux, et eux seuls comme appareillage

    D'une vie sans âge...

     

    et de là-haut, aussi puissant soit-il, Cache-Cache, manque à l'appel du vent...

     

     

     

    Chrvaux, gémonies, hippie, bobine, Drôme, sauvage, nature, animaux, vie

    image.jpeg

    image.jpeg

    Bonnie and Clyde !

  • Vercors, dernier jour avant la rentrée ... Et les orages !

    photô valerie bergmann,vercors,altitude,montagne,panorama,nature

    photô valerie bergmann,vercors,altitude,montagne,panorama,nature

    photô valerie bergmann,vercors,altitude,montagne,panorama,nature

    Le souffle du vent frais, comme un dernier baiser sur le corps entrelaçé, l'horizon comme seule destination, un   souvenir de journées d'été conjuguées déjà au passé. 

    Col du Rousset, août 2015... Bientôt l'automne annonciatrice d'un hiver de neige, j'y pense déjà !

  • Aimer les animaux... Un blog d'air pur !

    photoss, chevaux, chien, cristal, gemini, bobine, valerie bergmann, soins, drôme

    photoss, chevaux, chien, cristal, gemini, bobine, valerie bergmann, soins, drôme

    photoss, chevaux, chien, cristal, gemini, bobine, valerie bergmann, soins, drôme

    Gemini, Bobine, Kristal et moi, le 28 aout 2015

    Lire la suite

  • Elle...

    photo valeriebergmann. article,journal,pensées,vercors,altitude

    Photo valeriebergmann. Article, journal, pensées, Vercors, altitude

    Comme pour se prouver à elle-même  que le temps n'avait pas d´emprise sur son corps ou son visage, elle s'abandonnait à l'objectif "corps et âme". L'expression était parfaite. Elle prenait là tout son sens. Son corps et son âme qu'Elle avait si souvent mis à l'excessive épreuve d'une vie désirée sans règles ni restrictions. Elle aimait se plaire encore et encore, parfois au naturel, parfois moins, mais toujours avec emphase.Empreinte d'un certain orgueil, elle prenait la pose et oubliait le nombre d'années passés, les traces du temps sur la photo sublimaient son alliage avec la vie. Le temps si cher à son corps défendant était inscrit ici, contre ses murs de pierre qui rendaient une lumière qui convenait à ses traits. La force  symbolique s'écrivait sur ces murs géants et bien que loin d'être lisses, ils ne montraient d'eux, qu´une masse rocheuse, presque sans faille.  

    Alanguie et offerte au regard de son marî, elle se reposait, respirait l'air frais du Vercors, adossée à la pierre, pour ne laisser paraitre que le meilleur d'elle-même. Le regard était souvent tourné vers les cieux, ou lointain, presque absent. C'est ainsi qu'elle était. Lointaine et sauvage. Libre, comme le vent, comme le temps... Ce temps qui revenait sans cesse ne serait jamais son ami. Trop présent dans sa vie, bien TROP COLLANT, le seul avec lequel on ne pouvait pactiser. Le diable à côté était un ange ! Intrusif, envahissant et permanent, il ne la laissait jamais en paix. Tous les gens qu'elle aimait, il les avait emportés, ce satané temps! Ne lui laissant que de belles larmes et des montagnes de souvenirs, aussi hautes que celles qu'elle étaient en train d'admirer. Non, décidément le temps n'était que ravage, mirage, naufrage... La sinistre rime de l'âge. L'enclave de ses pensées. Le temps de vivre et puis d'aimer.  Beaucoup et sans cesse. Important: jamais de tiédeur, ça n'a pas de sens, comme tout ce qui n'est pas excès n'a aucun intérêt. Insipide et raisonnable, voilà deux mots qui devraient fonctionner ensemble! Jouant dans la cour des mots condamnés à n'exister que pour les raisonnés de la vie, les bien polis, les lisses. Bref, sans aucune déraison d'être. Il n'y a qu'à regarder les parois abruptes. Sont-elles lisses, elles? Sûrement pas! D'où l'intérêt de les toucher pour sentir leurs douces aspérités, de les gravir jusqu'au sommet, pour enfin profiter de l'altitude sans limitation de gravitation ! Les limites sont faites pour être dépassées, sinon, quelles seraient leur position sur l'échelle du danger? Au ras des pâquerettes!!! Valeur nulle. 

    AH! la folie de la vie parfumée au danger!... Que de clichés elle avait suscité! Parfois, elle se demandait ce que deviendraient tous les instants de sa vie sur papier glacé lorsqu'elle disparaitrait. Alors, pour le moment, il fallait vivre, oui vivre à perdre haleine ! Juste le temps nécessaire au repos de son corps (et de son coeur, le poids des ans avaient déjà frappé à la porte de la Santé), puis repartir, vite, pour de nouvelles aventures, immobiles, certaines, lorsque le besoin d'écrire était vital, comme un désir très fort de noter le ressac de sa vie avant de l'oublier. Mémoire du passé. Des mots, gravés comme des fossiles.

    C'était si bon, devant son papier, à l'antenne de son existence, comme aux manettes d'un hélicoptère, seul maitre à bord, direction désirée? Hier? Avant hier? Il y a un an? Vingt ans? Ok, pas de problème. "L'inspiration de Madame est avancée,il n'y plus qu'à, si Madame veut bien se donner la peine... de remuer ses méninges, c'est parti!"

    Voilà ce qu'elle se disait pendant que le progrès du numérique se mettait à l'exécuter. Exécuter, car il y avait quelque chose de masochiste au fait de ces photos. Avoir la preuve que rien n'était plus comme l'année dernière. Un peu comme si vivre une seule fois les choses ne lui suffisait pas ! Etrangeté de ceux que l'on dit narcissiques, et qu'ils le sont sûrement beaucoup moins qu'on le pense.

    Bientôt, ils allaient retourner vers la canicule sans pitié de cet été 2015, où La Drôme rutilait de sa moiteur quasi tropicale. Elle ne supportait plus ces températures pourtant excessives, cela aurait dû être à son goût !Que nenni! Bienvenue dans le monde quantique de ses contradictions! Toute sa vie oscillait entre ces interactions, comme si elle devait slalomer sur les pentes (toujours) vertigineuses d'un chemin qu'elle avait elle-même préalablement conçu, balisé (ou pas),dans le seul but de s'y perdre ?... 

     

     

    photo valeriebergmann. article,journal,pensées,montagne,vercors,altitude

    'Photos Valérie Bergmann   Col du Rousset 1800 mètres 25°  

     

  • Sauvage comme...

    photo,article,journal,vie,valerie bergmann,gemini,kristal,animaux,drôme,nature,amour,temps,histoire,pensées.

    Lire la suite

  • Cassis, cap sur le Sud ...

    Voilà qui est fait ! Un retour fugace, à la source de la Belle Bleue ! L'écume argentée des eaux azurées de mes années passées, soudain revient, là, finir son parcours jusqu'à mes pieds. Comme pour me rappeler que rien ne change vraiment. Tout est intact, à sa place. Les vagues mettent le Cap (Canaille) en gros plan... C'est beau, magistral, presque éphémère, dirais-je, malgré la marée invariable et ô combien désirable de la Mer Méditerranée, la plus bleue qui soit. Je laisse les mers tropicales aux grands voyageurs. Mes voyages à moi vont bien plus loin que le ciel californien. Qu'importe l'horizon pourvu qu'on ait l'ivresse des grands espaces, des profondeurs marines aux falaises si hautes, qu'elles balaient le ciel de leurs couleurs de miel, parfumant les nuages et la toile majorelle, de délices du sud ... Riche et savant mélange de fragrances sucrées salées, dont regorge l' atmosphère caniculaire chargée de moiteur et d'humidité, des nuits d'été. C'est la fin de la journée, les couleurs naissantes du mariage entre l'eau et le ciel reflétés, s'estompent, se délavent. Bientôt, d'innombrables néons chimériques cèderont la place aux couleurs sauvages que la nature chaque soir n'oublie pas d'éclipser... Nous offrant en échange les archanges lumineux, même si plus fébriles que la lumière du jour,  les météores clignotants. Parfois au mois d'août, certains décident de s'éteindre, avec comme signature de leur passage, une trainée si vive qu'elle semble irréelle. Autres merveilles de l'univers, ces étoiles filantes, qui fusent en un éclair. Instant de vie où tout semble possible... féerique, unique et divin. Précision : L'Amour de la Nature ne s'offre qu'aux initiés : Savoir regarder, sentir, ressentir, entendre puis écouter ce que la vie a de plus beau à exulter.

    Bonnes vacances à tous ceux qui passent par là. Bonne rentrée à ceux de l'autre rive.

    Ouvrez les yeux, le coeur suivra.

     

  • Christine, THE Queen ! Et les autres ...

    Il est de ces moments dans une vie, qui viennent tout faire chavirer. Vous étiez bien tranquille, installée dans vos classiques des années 90. Puis un soir d'été, vous voilà sur les gradins des arènes de Nîmes, lieu ô combien mythique, où le son explose comme un bonbon acidulé à l'arôme d'un fruit qui vous étiez jusque là inconnu et dont vous adorez le nouveau goût car il vous donne le frisson des heures durant. Sauf, que ce concert là, s'il y en avait un à ne pas manquer, c'était bien celui ci ! 

    D'abord, Benjamin Clémentine au piano, venu nous parler de Nemesis, la déesse égyptienne de la colère, qui fait "Hum, hum, hum, "bref, ça zazouille à mort, histoire de vous mettre en condition (très bonne). Puis on monte le son et les paroles en français de la haute variété française arrivent en rafales, sans que l'on en ait oublié un mot : Daho is back ! Waow : les mots pour le dire vous reviennent comme un boomerang... Merci Serge Gainsbourg ! De là haut, il voit tout, (dernière nouvelle des étoiles)! Des souvenirs comme si on y était, où? Mais au Paradis bien sûr ! Non, je n'ai rien oublié, ça chante et ça danse et les meilleurs titres de son répertoire sont au rendez vous. Le premier jour du reste de ma vie, en relief, pendant plus d'une heure. Magie du temps qui a passé et qui revient vous titiller. 

    Puis, Etienne sort de la scène, tout s'éteint, l'ambiance est là, ça commence à s'impatienter au sein des arènes, en haut, en bas, sur les côtés, on crie, on fait la ola, plusieurs fois, c'est qu'Elle se fait désirer la Petite, (même si elle déjà a tout d'une grande), Elle a le temps, ça tombe bien nous aussi ! Voilà 10 000 âmes musicales, réunies sous le plus grand chapiteau du monde. La température caniculaire de la journée a laissé la place à une légère brise, idéale. Moment d'exception où je ne suis plus vraiment là, mais tout en haut, dans l'espace, au dessus du ciel, comme si je pressentais la suite...

    La pression s'intensifie, je sens le délire monter et les arènes finissent de se remplir. la tension est à son comble. On crie, on l'appelle. mais QUI ça ? Mais la nouvelle déesse de l'électro et de la danse ! Christine and the Queens. Tout s'éteint. Ambiance surchauffée. Les musiciens arrivent, puis c'est le tour des danseurs, tout s'éclaire, Elle est là. Elancée et menue, vêtue de noir, androgyne, étoilée, "classieuse,", brillante, sexy en diable... Belle. Les oreilles et les yeux goutent à l'extase. Elle entonne "Starshipper", un de ses derniers titres qui cartonnent sur Deezer, ça balance grave, écran géant au cas où on ne la verrait pas !!! Mais elle occupe tout  l'espace, la scène est à Elle. Le visage est étoilé, la bouche rouge baiser, et des paillettes plein les poches qu'elle envoi aux fans. Un peu plus tard, elle offrira des fleurs, un bouquet à l'attention de son public, car elle est comme ça Christine : généreuse ! A star is born? Un renouveau dans l'ère musicale. Je suis subjuguée, d'ailleurs tout le monde l'est... C'est presque trop, trop de bon son, voix ultra placée, chorégraphie juste parfaite. Inspiration : Christophe, Mick Jagger, Michael Jackson garantie). On est dans la cour des grandes. Très grande."Ce soir, Vous pouvez être qui vous voulez"... Elle demande des prénoms, les chante avec une résonnance de folie, quelle voix ! Et ses pas de danse qui nous rappellent quelqu'un, un nommé Michael Jackson, vous voyez le niveau ? C'est si beau, c'est grand, que dis-je ? Grandiose ! Une heure et demie de pur bonheur. Je voudrais arrêter le temps... Le temps de lui dire qu'elle est juste géniale, que j'ai hâte d'écouter son prochain album. Le Talent est bien là. J'ai confiance...

    MERCI CHRISTINE !!! See you soon... J'allais oublier, nées le même jour... Petit Gémeaux, j'avais deviné !

    Désolée de la mauvaise qualité des photos... 

    Lire la suite

  • Des photos que j'aime Eté 2015

    photos,valérie et pascal bergmann,vercors,drôme,été 2015

    Annecy  juin 2015

    Lire la suite